Ses derniers instants

d'après le livre d'Olivier Lebleu,"La voix du sacrifice"

Jeudi 24 avril 1975. Mike fait la grasse matinée jusqu'à 11 heures et prend un déjeuner léger. A 13 heures, il est au bureau de Wanjtrob en compagnie de Krief et de Jourdan pour mettre au point son passage prévu le lendemain dans l'émission télévisée de Danièle Gilbert. Il déjeune ensuite en compagnie de la secrétaire de Simon, Jeannine Ducamp (qui le suivait déjà à l'époque de Tournier ) et lui déclare que désormais il voudrait qu'elle et son mari s'occupent en exclusivité de sa comptabilité. Jeaninne est surprise. Mike explique que depuis le temps qu'il la connaît, il a acquis une grande confiance en elle, il sait qu'elle est honnête. Il dit aussi qu'il attend un courrier de Guita, cette attente le tracasse. De 15 heures à 17 heures, il répète les paroles de sa nouvelle chanson. Puis, il règle quelques affaires avec Jeannine. A 19 heures, il se détend par un concours de flipper avec Alain Krief. L'appartement d'une amie, Jeanne Cacchi, n'est pas loin. Il dormira chez elle cette nuit.

A 20 heures, Simon Wanjtrob quitte Mike Brant dans la rue. Le chanteur s'éloigne en courant, veste sur l'épaule. Au 6 de la rue Erlanger, 6ème étage. Paris 16ème arrondissement, Jeanne Cacchi l'attend pour dîner. Ils se sont rencontrés peu après l'arrivée de Mike en France, il l'avait fair danser toute une nuit dans une discothèque de Saint-Tropez. Comme Corinne en Suisse, Jeanne est devenue la confidente que l'on peut réveiller en pleine nuit, une femme entre mère et amante. Le 22 novembre dernier, Mike aurait essayé de la joindre juste avant de se jeter de la fenêtre de l'Hôtel de la Paix. Et c'est elle qui racontera à la presse les quelques heures qui vont suivre, les dernières pour Mike.

Ce soir-là, Mike arrive pâle et déprimé. Il se plaint à tout propos. Il appréhende déjà les galas à venir. Il a des problèmes dans ses affaires. Les vrais amis sont rares, beaucoup l'ont déçu qui se prétendaient comme tels. Il perd ses cheveux de plus en plus. Quand Jeanne le questionne, il s'enferme dans un mutisme douloureux. Il ne touche pas à son dîner, regarde la télévision. a 22h30, Alain Krief appelle pour lui déconseiller de regarder le film d'horreur. Mike est déçu, il espérait un autre correspondant.

Mike se couche tôt, après les informations télévisées. Jeanne lui propose un somnifère, il refuse. Il ne prend plus un seul médicament depuis une semaine. Il sombre alors dans un sommeil agité. Il s'agite, comme secoué de décharges électriques, tient des propos incompréhensibles, se réveille en sursaut, trempé de sueur. Il se lève plusieurs fois, passe des coups de fil qui n'aboutissent pas. Hubert Beaumann sera réveillé au moins à deux reprises à son domicile par des appels cessant au bout de deux sonneries. Ne dormant pas à 6 heures du matin, Mike réveille Jeanne pour savoir si elle compte sortir dans la journée, qu'elle n'oublie de le réveiller à 11 heures, il a rendez-vous pour son appartement.

Vendredi 25 avril 1975. Mike Brant se lève de sombre humeur. Appelle encore un correspondant qui ne répond pas. Il petit déjeune du bout des lèvres, écoutant inlassablement sa dernière chanson.

Dis-lui, fais-ça pour moi, dis-lui

Que j'ai bien fini, oui

D'être malheureux

Vers 11 heures, Jeanne va prendre une douche. Le téléphone sonne. Mike décroche. Ecoute. Raccroche.

Il a dû prendre son élan. Son corps a défoncé le bord du treillage en bambous cachant la terrasse, basculé dans le vie, s'est écrasé 20 mètres plus bas sur le trottoir. Le saut d'un ange déchu. Dans sa chute, il a dû cogner le lampadaire et la Renault garée là. La conierg découvre un corps désarticulé, sur le dos, ses cheveux longs teintant de rouge le caniveau.

Moshé Brand est mort.

Mike Brant ne peut pas mourir.

Des fans veulent disparaître de la même façon. Des milliers de disques se vendent et se vendront encore. Bronia Brand déclare à la presse être persuadé qu'il s'agit d'un assassinat. La majorité des personnes qui ont côtoyé le chanteur expriment un sentient de culpabilité. Parmi son équipe professionnelle, le choc est tel que certains décideront de changer de métier.  Les frères Baumann se recyclent dans la presse.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site